A propos de l'artiste

 

n 2012, Aurélie a choisi d’abandonner son métier de documentaliste au barreau des avocats de Montpellier au profit d’une carrière d’artiste peintre. Symboliquement, elle a déchiré ses livres de droit pour les encoller sur ses toiles. C’est « l’écho des mots », le titre d’un de ses tableaux.
De façon accidentelle ou parfois préméditée, apparaissent en filigrane des messages comme par exemple « Panthéon de la légion d’honneur » sur ses portraits de Camille Claudel. Tout en arrachant les pages d’un vieux journal illustré, Aurélie Salvaing explique : « Je trouvais que c’était une façon de combler un manque de reconnaissance de son vivant ». Maintenant, elle tamponne de l’encre sur le papier jauni par le temps et nous précise « Quand j’essaie de peindre sur une feuille blanche, ce n’est pas pareil. C’est comme si le visage ne s’animait jamais ».

Dans mon travail, c’est important le poids de l’histoire, il y a comme un fil d’Ariane qui se tisse.

Aurélie Salvaing

Quand on interroge Aurélie Salvaing sur la résurgence du passé dans ses oeuvres, elle dit ceci : « Je pense qu’on porte le poids de ce qui n’a pas été expliqué, pas dit, ce dont on n’a pas fait le deuil. Dans mon travail, c’est important le poids de l’histoire, il y a comme un fil d’Ariane qui se tisse. J’essaie de tirer le fil et de remonter aussi loin que je peux ». Dans la mythologie grecque, « Le fil d’Ariane » est un guide qui permet de trouver la sortie du labyrinthe où se trouve le Minotaure et plus métaphoriquement un lien avec la liberté.

Figer le temps qui passe

Dans ses portraits et fragments d’âmes, l’artiste parvient à fixer une émotion. Au départ, il y a le papier et les mots. Ensuite vient le visage en transparence, donnant à ses portraits un fragment d’âme et une impression de flottement. « Ce qui m’intéresse » dit-elle, « c’est que soit toujours apparent ce qu’il y avait au départ : la trame, les fissures, les craquelures, l’ouvrage du temps ».

L'artiste peintre Aurélie Salvaing travaille avec des collages de textes issus de vieux journaux.
L’artiste peintre Aurélie Salvaing travaille avec des collages de textes issus de vieux journaux. • © F.Molinier/FTV

 

Le portrait de Camille Claudel peint par Aurélie Salvaing dans son atelier à Pérols.

Le portrait de Camille Claudel peint par Aurélie Salvaing dans son atelier à Pérols. • © FTV

 

Aurélie Salvaing

 

Retour haut de page